Page d'accueil     Sommaire     Bibliographie     Contact     Liens       Deutsch    English

Solutions
 

Que peuvent faire les zoos ?

Télécharger cette page

Chaque année, on recense quelque 600 millions de visiteurs dans les zoos du monde entier : C'est là une occasion unique de les informer du danger que représente le commerce de la viande de brousse pour la faune, tout comme le fait cet exposé !

Mais les zoos peuvent faire plus encore :

 

1/ Origine des animaux vivant en captivité dans les zoos
Les zoos modernes, gérés de façon scientifique, assument la responsabilité de la protection et de la conservation des animaux sauvages. En Europe, il existe un EEP (programme européen de conservation des espèces) pour 133 espèces animales. Plus de 90 % des mammifères présents dans les zoos européens sont déjà nés en captivité. Lorsque cela est possible, les animaux issus de l'élevage en captivité dans le cadre des programmes EEP sont remis en liberté.
Les membres de l'association des zoos européens EAZA échangent entre eux leurs animaux en fonction des besoins. Les animaux sauvages ne sont aujourd'hui placés dans des zoos que dans quelques rares cas d'exception (saisie d'animaux victimes de la contrebande, par exemple). La politique actuelle des zoos, qui consiste à ne plus prélever d'espèces menacées dans la nature, est également ancrée dans le « Code of Ethics » de l'EAZA.

2/ Campagne de l'EAZA contre le commerce de la viande de brousse (Bushmeat campaign)
La conférence annuelle de l'EEP en 1999 à Bâle a donné naissance au groupe de travail de l'EAZA sur le commerce de la viande de brousse. Un an plus tard (septembre 2000), la campagne de l'EAZA a été officiellement lancée, avec le soutien financier de l'IFAW (International Fund for Animal Welfare). Partout en Europe, les zoos informent leurs visiteurs du problème que représente le commerce de la viande de brousse. Par ailleurs, des fonds sont collectés pour financer les projets destinés à résoudre la crise de la viande de brousse (voir point 3). L'EAZA travaille également en étroite collaboration avec d'autres groupes de travail sur le commerce de la viande de brousse, comme Ape Alliance et Bushmeat Crisis Task Force (BCTF), auxquels participent des zoos et des organismes de protection américains.

Pétition
Le 8 novembre 2001, l'EAZA a remetté une pétition réunissant plus de 1,9 millions de signatures au parlement européen.
En 2002, cette pétition devrait également être transmise aux décideurs politiques des pays africains concernés. Pour des nouvelles actuelles voir l'EAZA .

3/ Dons
Si vous souhaitez faire un don pour la lutte contre le commerce de la viande de brousse, vous pouvez déposer des fonds sur le compte bancaire de l'EAZA.
Fortis Bank
Compte n° 80.66.04.409
SWIFT code: GEWA-NL-2R

Ces fonds seront transférés par l'EAZA vers les projets du groupe de travail de l'EAZA sur le commerce de la viande de brousse (voir point 4).

 

4/ Le groupe de travail sur la viande de brousse de l'EAZA a arrêté trois projets dans les domaines de la recherche, de la protection et de la sensibilisation à l'environnement:

Projet 1 : Pan African Sanctuary Alliance (PASA)
Jusqu'ici, 17 orphelinats soutenus par différentes organisations en Afrique se sont associés afin de s'apporter une aide réciproque informelle et une aide financière. L'environnement, la recherche et la conservation constituent leur principal objectif.

Projet 2 : Etude près de la réserve animale du Dja au Cameroun
Les chercheurs Philippe Auzel et Jef Dupain cherchent à mettre en place, en collaboration avec la population, une réserve naturelle communale. La zone couvre 70 km² et se situe en dehors de la zone protégée. Ils y collectent un ensemble de données sur les gorilles et les chimpanzés et sur l'influence de l'homme sur la nature.

Projet 3 : Protection des grands singes en milieu naturel
La Berggorilla & Regenwald Direkthilfe (Aide directe aux gorilles de montagne et à la forêt tropicale) finance et équipe les gardes qui travaillent dans le parc national où vivent des gorilles. L'acquisition de terres, les ateliers pédagogiques et l'engagement dans des initiatives locales supposent des aides financières. Ces activités sont poursuivies en collaboration avec d'autres organisations et les autorités locales.

Télécharger cette page

 

 

© Wilhelma 2000